Nos vétérans

nos vétérans à l'honneur

Le standard

Standard et points de non confirmation

I°) STANDARD FCI N° 145 / 20.09.2002 / FCHIEN DE LEONBERG

Traduction : Dr. J.-M Paschoud et Prof. R. Triquet
Origine : Allemagne
Date de publication du standard d'origine en vigueur : 04.01.1996
Utilisation : Chien de garde, d’accompagnement et de famille.
Classification F.C.I. : Groupe 2 Pinscher et Schnauzer - molossoïdes - Chiens de bouvier et de montagne suisses et autres races.
Section 2.2 : Molossoïdes, type de montagne.

Sans épreuve de travail.

Aspect Général

Conformément à sa destinée utilitaire d’origine, le Chien de Leonberg est un grand chien puissant et bien musclé, mais qui reste élégant. Il se distingue par l’équilibre de ses proportions et par la maîtrise de son tempérament plein de vivacité. Les mâles sont tout spécialement imposants et forts.

Proportions importantes

La hauteur au garrot se rapporte à la longueur du tronc comme 9 à 10.
La hauteur de la poitrine correspond environ à 50% de la hauteur au garrot.

Tête

Dans l’ensemble elle est plus haute que large et plutôt allongée que ramassée. Le rapport entre la longueur du chanfrein et celle du crâne est de 1:1. La peau est partout bien appliquée; pas de rides sur le front.

Région crânienne

Dans l’ensemble elle est plus haute que large et plutôt allongée que ramassée. Le rapport entre la longueur du chanfrein et celle du crâne est de 1:1. La peau est partout bien appliquée; pas de rides sur le front.

Région faciale

Truffe
Truffe toujours noire.

Défauts éliminatoires
Truffe marron.

Museau
Museau plutôt long, jamais s’amenuisant en pointe; chanfrein de largeur uniforme, jamais concave, plutôt légèrement voussée (nez busqué).

Lèvres
Lèvres bien appliquées, noires; commissure non éversée.

Défauts éliminatoires
Pigmentation nettement insuffisante des lèvres.

Commentaires

À privilégier :

Le respect des proportions de tête (rapport crâne / chanfrein, …, largeur / longueur du crâne…).
À qualité égale : Toujours valoriser les têtes typées, expressives.

À pénaliser :

Les crânes trop larges, trop étroits.
Les chanfreins trop courts, trop longs, pincés.
L’insuffisance de pigmentation (lèvres, truffe, …).
L'insuffisance ou l'absence de masque

Comportement / caractère

En tant que chien de famille, dans les conditions actuelles de vie et d’habitat, le Chien de Leonberg est un compagnon agréable qu’on peut emmener partout sans difficultés et qui se distingue par son amour prononcé pour les enfants. Il est ni craintif ni agressif. En tant que chien d’accompagnement, il est un compagnon agréable, docile et impavide dans toutes les situations de la vie pratique.

L’équilibre caractériel recherché s’exprime par :

  • son assurance et son sang-froid sans faille,
  • son tempérament moyen (aussi en ce qui concerne l’instinct de jeu),
  • sa disposition à l’obéissance,
  • sa capacité d’apprendre et sa mémoire,
  • et par son indifférence au bruit.

Défauts éliminatoires :
Chiens craintifs ou agressifs.

Commentaires

Le LEONBERG est un « grand » chien qui doit allier « puissance » et « élégance ».
En conséquence, ces trois éléments devront être des axes prioritaires dans toute appréciation et présider à la conduite des élevages soucieux de maintenir les caractéristiques de la race. Devront donc être pénalisés, déclassés lors d’exposition voire même écartés de la reproduction tous chiens déviant manifestement de ces fondements.
Tout ce qui est « excessif » et qui nuit à l’harmonie de l’ensemble devra être sanctionné.
Soit des chiens trop lourds, trop légers (levrettés), trop près de terre ou trop hauts sur pattes.

II°) DEFAUTS ELIMINATOIRES :

  • Défauts anatomiques importants (jarrets de vache prononcés, dos fortement voussé (de carpe), dos fortement ensellé (concave),
  • Pieds antérieurs fortement tournés vers l'extérieur, angulations absolument insuffisantes de l'épaule, du coude, du grasset et du jarret.
  • Truffe marron.
  • Pigmentation nettement insuffisante des lèvres.
  • Absence de dents (à l'exception des M3), prognathisme supérieur ou inférieur, autres défauts de l'articulé.
  • Couleur des yeux autre que brun dans ses diverses nuances.
  • Entropion, ectropion.
  • Queue manifestement enroulée ou portée trop haut et enroulée.
  • Coussinets marron.
  • Poil frisé ou nettement bouclé.
  • Fausses couleurs : brun avec truffe et coussinets bruns, noir et feu, noir, sable argenté (sable très pâle d'une nuance gris-argent), couleur cerf.
  • Absence totale de masque noir.
  • Excès de blanc (le blanc des doigts remontant jusqu'au carpe ou au tarse, marque blanche au poitrail dépassant la surface d'une main, panachure blanche à d'autres endroits).
  • Chiens craintifs ou agressifs.

NB. Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal et complètement descendus dans le scrotum.

Historique

“A la fin des années trente et au début des années quarante du 19e siècle, Heinrich Essig, conseiller municipal à Leonberg près de Stuttgart croisa une chienne Terre-Neuve noir et blanc avec un mâle du nom de "Barry", chien St Bernard originaire de l'hospice du même nom. Plus tard un chien de montagne des Pyrénées enrichit ce croisement. Il en résulta de très grands chiens à poil blanc, en majorité à poil long. Le but recherché par Essig était de créer un chien à l'aspect léonin, le lion étant l'emblème héraldique de la ville de Leonberg. Les premiers chiens vraiment dignes de porter le nom de "Chiens de Leonberg" naquirent en 1846. Ils cumulaient les excellentes qualités des races dont ils descendaient. Peu de temps après, vu leur caractère de symbole, un bon nombre de ces chiens furent exportés de Leonberg et disséminés sur toute la terre. A la fin du 19e siècle, en Bade-Würtemberg, le Chien de Leonberg était de préférence utilisé comme chien de ferme ; ses qualités de chien de garde et de trait étaient très appréciées. Pendant les deux guerres mondiales et vu les pénuries des années d'après-guerre, le nombre des chiens d'élevage diminua de façon dramatique.
Aujourd'hui, le "Chien de Leonberg" est un excellent chien de famille qui répond parfaitement à toutes les exigences imposées par la vie moderne.”

alt        alt

alt  

    alt     alt

 

 

 

Le Leonberg

 

Le Leonberg est sans conteste un grand chien, bien musclé, imposant par sa masse, mais toujours élégant, sans lourdeur, doté même d'une vivacité surprenante. Il se distingue par l'équilibre de ses proportions.

Le mâle mesure couramment 78 à 80 cm au garrot (le standard prévoit de 72 à 80 cm), la femelle 72 cm (65 à 75 cm au standard). Le poids approche en moyenne les 50 kg pour les femelles et 60 kg pour les mâles. Le dos solide, droit et large se prolonge par une croupe relativement longue et doucement arrondie. La poitrine de forme ovale est, quant à elle, bien descendue atteignant au minimum le niveau des coudes. Le léo possède une jolie robe à poils assez longs et fournis avec un sous-poil abondant. La fourrure présente d'importantes variations dans les teintes du fauve clair presque sable au fauve charbonné. Une puissante encolure et une démarche assurée complètent le tableau. La tête, plus haute que large ne présente pas de rides. Les oreilles haut placées sont tombantes et ourlées de noir. Les yeux en amande sont généralement bruns et confèrent une expression douce typique de la race. Le masque doit être noir ainsi que la pigmentation de la truffe, des babines et des gencives. Le museau est long et fort sans jamais s'amenuiser en pointe. La mâchoire est puissante et doit présenter un articulé en ciseau parfait.

Chien sociable par excellence, le léo est un compagnon agréable que l'on peut emmener partout sans difficultés et qui se distingue par son attachement indéfectible à tous les membres de la famille. Il s'intègre parfaitement à la vie du foyer dont il suit avec intérêt chaque mouvement. La stabilité de son caractère et son intelligence lui permettent de maîtriser toutes les situations, il fait parfaitement la différence entre le visiteur ami et l'importun qu'il faut tenir à distance sans jamais faire preuve d'agressivité. S'il n'est pas un chien de garde au sens strict du terme, le Leonberg est un véritable "protecteur" !

     alt

Ce compagnon fantastique donne toute sa tendresse et réclame en retour beaucoup d'affection. Il sait aussi se montrer un peu têtu et reste souvent distant avec les étrangers. L'équilibre de son caractère s'exprime essentiellement par son assurance et son sang froid, son tempérament moyen (également en ce qui concerne l'instinct de jeu), sa capacité d'apprendre et sa mémoire. Cela lui confère des aptitudes pour la recherche en avalanche, le travail de pistage, le travail à l'eau, l'agility, l'attelage ...

L'histoire mentionne l'existence du Leonberg chez les princes de Metternich au XVIIème siècle, à Trianon à la Cour de Marie-Antoinette également. Bornons-nous à placer son origine chez le Dogue du Tibet, comme pour tous les molosses sans en savoir beaucoup plus. Plus récemment, la race fut réintroduite en France après la 2ème guerre mondiale et le Club Français créé par Mlle. Bouniol de Gineste en 1963.

Caractère et éducation :

Bien qu'il puisse s'accommoder de la vie en appartement, cela ne représente pas un idéal pour le Leonberg car malgré sa stature imposante, il a besoin d'exercice dès sa croissance terminée. Il n'est cependant pas nécessaire de posséder des hectares de parc, un jardin est suffisant ainsi que des longues promenades avec ses maîtres. Ne l'oublions pas, le léo doit faire partie intégrante de la famille, il vivra donc près de vous. Il est d'un naturel "pot de colle". Si son épaisse fourrure le met à l'abri du froid et s'il adore la neige, il faut tout de même lui éviter une exposition prolongée à la pluie. Il est important, pour une parfaite cohabitation, de lui assurer dès son acquisition à partir de huit semaines, une excellente éducation. Celle-ci se fait en douceur et avec beaucoup de patience. Un chien bien éduqué est un chien que l'on peut emmener partout, en ballade, en ville, au restaurant, à l'hôtel ... sans aucun problème. Votre éleveur, le Club de race, de nombreux professionnels peuvent vous conseiller et vous aider. Il ne faut pas hésiter à les contacter.

   

alt

Alimentation et santé :

Durant les deux premières années de son existence, son alimentation doit faire l'objet de soins attentifs. Sa croissance extraordinaire nécessite un régime équilibré soit par une alimentation ménagère, soit en croquettes produites par des fabricants sérieux et un suivi vétérinaire régulier. Il ne faut jamais oublier que la réussite d'un beau sujet n'est pas seulement affaire de génétique. Les erreurs commises au plus jeune âge peuvent se révéler désastreuses. Suivez attentivement les conseils de l'éleveur et du vétérinaire et n'hésitez pas à évoquer avec eux tous les points qui vous préoccupent. Le Leonberg ne termine sa croissance que tardivement et pas avant l'âge de 3 ans. Une fois adulte, sa ration alimentaire d'entretien prévue pour ce format lui permettra de garder son poids de forme. Le léo ne souffre d'aucune affection spécifique à sa race. Il convient, comme chez tous les molosses et hormis la surveillance de la croissance évoquée précédemment, de diminuer le risque de dilatation-torsion d'estomac en donnant deux repas dans le calme par jour et de faire assurer par le vétérinaire un suivi cardiaque régulier dès l'âge de 5 ans, à l'occasion des visites de routine pour les vaccinations.

Vivre en ville : la vie citadine n'est pas l'idéal du léo, qui préfère les grands espaces et le calme. Il s'adapte toutefois très bien à la vie en ville qu'il est fortement conseillé de lui faire découvrir dès son acquisition. La confrontation précoce aux réalités et aux contraintes de la vie sociale est tout à fait nécessaire à son équilibre.

     

      

alt   alt